La dot scelle un lien entre l’homme et la femme, les familles, les communautés, les clans et les tribus. Elle définit l’affiliation des enfants qui vont y découler. Elle lie spirituellement l’homme et la femme.

Tout comme le mariage civil, à la différence que le mariage coutumier est oral, un engagement spirituel et le mariage civil est un engagement écrit.

FAUT-IL REMBOURSER LA DOT LORSQUE C’EST FINI ?

Oui, car rembourser la dot remet les familles, les communautés, les clans et les tribus sur une même table pour dénouer l’alliance qui ont établie pour leurs enfants. Elle consacre le Divorce. Rembourser la dot c’est libérer chacun des enfants à refaire sa vie sans craindre les représailles coutumières ni les scènes de jalousies. Rembourser la dot c’est donner le droit et la liberté à la femme de faire des enfants qui ne seront plus attachés ni revendiqués par son ex mari.

C’est comme divorcer à l’état civil.

EST CE QUE L’HOMME PEUT REFUSER DE RÉCLAMER SA DOT ?

NON,

Parce que refuser de réclamer ou d’accepter le remboursement de la dot est une volonté de refuser la séparation et de se condamner mariés

OUI

Par orgueil ou plus souvent l’homme estime qu’il ne peut pas réclamer la dot à une femme avec qui ils ont des enfants.

Où par incapacité de la famille de la femme à rembourser la dot.

QUE DEVIENNENT LES ENFANTS ISSUS DE LA DOT REMBOURSÉE ?

La loi, y compris la coutume Fang n’a pas d’effets rétroactifs sur cet aspect. Les enfants sont nés pendant la dot et portent les noms en fonction de cette dot, si cette dot donne en vient à être remboursée, cela ne concerne en rien l’affiliation des enfants et les effets qui vont avec.

Ces enfants restent tranquillement dans leur village, leur famille, leur communauté, leur clan et leur tribu.

QUELLES CONSÉQUENCES POUR LES ÉPOUX EN CAS DE NON REMBOURSEMENT DE LA DOT ?

* Pour la femme :

Tout enfant qu’elle pourrait faire appartient à celui dont elle détient la dot.

Pour les familles, les communautés, les clans, les tribus, cette femme est toujours leur belle-fille.

Sur le plan moral c’est gênant.

* Pour l’homme :

Il est toujours le mari de sa femme, ils sont juste en séparation de corps (la coutume Fang n’en a pas définit la durée pour connaître la déchéance de faite).

Cette femme peut toujours faire la jalousie, venir en cas des obsèques et recevoir tous les rituels dus aux femmes mariées ou veuves.

Mieux vaut se libérer l’un de l’autre par amour comme vous vous êtes liés par amour.

Source: Compte Facebook Albert MEZUI